On se plaint de tout et de rien, des fois sans meme s’en rendre compte.

On se plaint de tout et de rien, des fois sans meme s’en rendre compte.

Neanmoins, c’est une habitude moins inoffensive qu’il n’y parait.

Prete a relever le defi de voir la coupe a moitie pleine plutot qu’a moitie vide? On vous donne des pistes pour y arriver.

«J’aime d’amour ma cousine Catherine, evoque Nathalie, 44 ans, mais au fil des ans, notre relation semble s’i?tre deterioree a cause de sa propension a se plaindre. Mes maladies de petite enfance de ses bambins, la meteo, sa relation avec le conjoint, le boulot i  chaque fois plus prenant que celui des autres. bref, toutes les raisons sont bonnes Afin de rechigner, s’epancher sur ses blessures, «faire pitie», comme dit ma tante. Pourtant, nous partageons plein d’interets communs et nous sommes i  chaque fois heureuses de nous voir. Mais ses complaintes m’irritent tellement que je l’appelle de moins en moins. Nous ne nous voyons desormais qu’aux rares partys de famille.»

Elles sont monnaie courante, ces complaintes plus ou moins hargneuses sur moyen qu’il fait, le trafic, des manies de la collegue ou une enieme hausse de nos taxes foncieres. On des entend partout: dans la file a l’epicerie, autour en machine a cafe au boulot, dans l’autobus et meme autour en table en famille. Est-ce une attitude salutaire qui permet de deverser le trop-plein ou une habitude nefaste qui peut detruire des relations? Bref, devrait-on essayer d’arreter de se plaindre? «Oui, mais il faut d’abord faire une distinction entre se plaindre inutilement et exprimer une insatisfaction, precise Leo Bormans, auteur du livre Optimiste. Se plaindre reste une action sterile et repetitive qui n’apporte aucune solution. Tandis qu’exprimer une insatisfaction ou une emotion va, au contraire, etre tres constructif. D’ailleurs, il est prouve scientifiquement que les gens qui expriment leurs emotions reussissent mieux et sont plus content que ceux qui ne le font pas.»

Exprimer ses emotions negatives pour se liberer et empi?cher l’accumulation de sentiments nocifs, c’est beaucoup, a condition que nos plaintes ne deviennent gui?re chroniques, previent Lucie Mandeville, psychologue et auteure de Soyez heureux, sans effort, sans douleur, sans vous casser la tete. «Le ratio de 3 concernant 1 en psychologue americaine Sonja Lyubomirsky veut qu’on s’en tienne a trois anecdotes positifs Afin de une plainte. Ce ratio fera la difference entre la detresse et le bien-etre. En dessous, on pourrait etre malheureux et on rendrait des autres malheureux.» Un autre psychologue, John Gottman, va plus loin. Cela affirme que, dans un couple, chacun des conjoints doit maintenir un ratio de cinq mots gentils pour une plainte.

Pourquoi se plaint-on?

Habituellement, les plaintes repetitives cachent une difficulte a agir. Elles peuvent dissimuler une insatisfaction qui ne concerne gui?re necessairement l’objet d’une plainte. Une femme insatisfaite de sa capacite a s’affirmer dans son couple va se plaindre des hommes machos, entre autres. «C’est rare qu’une personne qui est engagee dans l’action et qui tente une option ait moyen de chialer», constate Lucie Mandeville. Souvent, les plaintes portent via des choses qui demeurent superficielles et touchent rarement les questions de fond. Les gens en difficulte paraissent habituellement trop occupes a survivre concernant se plaindre. «Chialer, c’est, jusqu’a un certain point, le luxe de ceux qui s’ennuient dans leur existence et qui ont bien tendermeets interface Afin de etre heureux», croit-elle.

Quelques individus qui se plaignent souvent ont une attitude pessimiste qui fait partie de leur personnalite. Elles voient nos choses negativement et analysent en detail chaque situation de maniere a en presenter le plus mauvais cote. Elles retiennent surtout nos evenements desagreables et vont pouvoir etre rancunieres. D’autres se plaignent parce qu’elles en ont developpe l’habitude en cotoyant des gens negatifs. «Il faudrait aller vers les gens optimistes au article, a la maison et dans nos amities, recommande Leo Bormans. Mes optimistes, comme les pessimistes, paraissent contagieux. Les uns tuent l’enthousiasme et la passion, des autres nous inspirent.»

Et puis, on voit ceux pour qui J’ai plainte est devenue un mode de life. Comme Annie, qui a cesse de se plaindre depuis trois ans. Notre decision s’est imposee si le patron lui a dit qu’elle devenait une leader negative pour son equipe. «Quand je prenais mon cafe au milieu des autres employes, je me plaignais de tout et de rien: des horaires, des objectifs de travail et meme des administrateurs une compagnie. Sans ceci, j’aurais pu decrocher un bien meilleur poste. J’etais une employee performante, mais on a devoile que j’avais un probleme d’attitude.» Pourtant, elle ne se considerait jamais comme une personne negative. Elle avait tout simplement developpe une mauvaise habitude, tel des milliers d’autres qui se plaignent tous les jours autour en cafetiere du travail. «Nous voulons l’ensemble de de l’attention, constate Leo Bormans. Se plaindre est une facon de se faire remarquer ainsi que faire prendre soin de soi. Diverses individus n’ont l’impression d’exister que si elles se plaignent.»

En se plaignant sans cesse et en activant les memes regions de notre cerveau, on se conditionne a se plaindre encore plus et a voir notre vie en noir. Plus on chiale, plus on se predispose a chialer. «Comme le jugement fonctionne via associations, a force de vivre des situations pour lesquelles nous nous plaignons, nous emmagasinons des perceptions negatives qui auront 1 impact sur les prochains jugements que nous porterons, explique Lucie Mandeville. Et chialer est mauvais Afin de notre sante. Notre cerveau active aussi des regions associees aux affects negatifs, et celles-ci produisent des hormones qui, a Notre longue, reduisent l’efficacite de notre systeme immunitaire et nous rendent malades.»

De la plainte a l’action

La sociologue Diane Pacom voit les choses autrement. A ses yeux, se plaindre de maniere conviviale autour de la cafetiere pourrait i?tre plutot un geste de liberte et d’espoir. L’espace tout d’un instant, i§a va permettre de fuir les contraintes et les conventions. «Fondamentalement, je crois qu’on se plaint Afin de aller par l’autre, croyant qu’il sera bon que un quidam nous ecoute. Autrement, on se referme via soi, on se soumet et on se conforme.»

En se plaignant, on cree des complicites et des reseaux informels. Dans nos reseaux specialises et sociaux, on teste des autres et on se cherche des allies. Parfois, une plainte exprimee de maniere informelle pourra se transformer en plan d’action ou mener a un grief. «Se plaindre est une maniere d’etablir des ponts entre les individus. Ce ne semblent peut-etre nullement les meilleurs, mais ce sont des ponts quand meme», affirme la sociologue, en precisant que c’est aussi une question de culture. «Je suis mediterraneenne. I  mon sens, la plainte est fonctionnelle et tres liberatrice», conclut-elle en riant.

Dejar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.